Une vie frivole ne tient qu’à un fil face à l’autoritarisme.

Il y a quelques jours, nous débattions avec mes deux sœurs de la validité du confinement et ce qui, dans nos vies telles qu’elles se déroulaient alors normalement il y a quelques mois, méritait que l’on s’y oppose ou, en tout cas, ce qui nous en manquait le plus. L’une se désolait avant tout de ne plus pouvoir aller en cours, de rencontrer d’autres étudiants, ses professeurs et de poursuivre ses activités associatives. Si elle avait pu choisir entre garder les bars ouverts et pouvoir se rendre à l’université, son choix se serait rapidement porté vers cette dernière. L’autre préférait au contraire souligner l’importance qu’avait pour elle le maintien de l’ouverture des bars, des restaurants, des lieux de sociabilité et de fête, indispensables pour pouvoir continuer d’entretenir ses relations amicales et sociales.

En les écoutant l’une et l’autre, je comprenais la validité de chacun des deux points de vue qui, d’ailleurs, ne s’opposent pas strictement. Je compris cependant, en prenant part à cette discussion, qu’il était plus facile pour un gouvernement ayant pris goût à l’autoritarisme tel que le nôtre en France ces jours-ci, de détruire toutes les libertés d’une société pour qui la liberté ne consiste en fait en presque plus rien d’autre que faire la fête, boire, manger, rire, voyager, s’amuser et consommer des biens. Faire la fête, voir des amis, voir sa famille, découvrir l’ailleurs, Dieu que tout cela est bien sûr important et bon. Mais une vie qui se résume à cela est bien plus fragile et plus difficilement défendable qu’une vie d’abord passée à s’engager auprès des autres, à travailler pour un métier dans lequel on trouve son sens, à servir sa famille, ses amis et les pauvres. On peut plus facilement empêcher les gens de faire la fête tous les weekends, détruire le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, empêcher les gens de nourrir leurs relations sociales et amicales, chose pourtant structurante pour tout un chacun, tout le monde s’accordera pour dire que cela est bien léger, on peut facilement lui substituer une idée de « solidarité » dans un contexte de crise sanitaire. Il est autrement plus difficile d’empêcher une vie dédiée d’abord au service des autres et à l’engagement pour des causes plus grandes de se claquemurer chez elle, car cette vie, bien avant la crise sanitaire, était déjà « solidaire », en ce sens plus légitimement défendable.

Après les attentats de Paris en 2015, certains d’entre nous ont souhaité se défendre en rappelant que « Paris est une fête ». Les faits actuels nous montrent qu’une vie de fête peut aisément et légitimement se voir enfermée entre quatre murs par un gouvernement au prétexte de « rester solidaires » et de « protéger les autres ».

Réfléchissons donc à ce que veut dire pour nous la liberté, la vraie liberté. Voyons les choses de façon positive : ce temps de confinement et de ralentissement forcé de notre rythme de vie est une opportunité rêvée pour cela ! Pour que nos bars et restaurants rouvrent, pour que notre gouvernement recule et cesse ses décisions anti-démocratiques, nous noyant dans un discours culpabilisant et infantilisant, pour que nous puissions nous réunir et célébrer ensemble la joie de nous retrouver, il faudrait peut-être que nous soyons plus nombreux à nous engager envers les autres d’abord, dans notre travail et dans nos diverses activités. Nos vies seraient en effet bien plus difficiles à écrouer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s