Retour de session à Paray-le-Monial : grâces et gravité de la situation catholique actuelle.

Je me suis récemment rendue à une session dédiée aux 25-35 ans à Paray-le-Monial, sanctuaire et lieu de pélerinage, où chrétiens et catholiques croient que Jésus est apparu montrant Son coeur ouvert et enflammé d’amour à Sainte Marguerite-Marie Alacoque en 1675, lui disant, entre autres : « Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes, […] jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart qu’ingratitude ».

Cela faisait dix ans que je n’étais pas revenue à Paray. Je m’étais décidée à la dernière minute, alors en désarroi sentimental et professionnel et je savais, en y allant, que je ne le regretterais pas. Quand on fait confiance à Dieu et qu’on choisit de se rendre là où Son Coeur est apparu, on reçoit forcément des grâces, même si celles-ci ne sont pas toujours celles attendues. Dieu nous surprend et sait mieux que nous quoi faire de nous.

Cette session me permit de recevoir une multitude de grâces autant que de constater la gravité de notre situation, à nous autres catholiques, notamment à cause notre peur d’aborder de front les difficultés du monde. Ce monde que nous sommes pourtant appelés à aimer radicalement, en Vérité. Je commencerai par exposer ce qui me paraît grave et terminerai par les grâces reçues.

Première source de gravité : américanisation de la Foi et de la pratique charismatique catholique.

Des méthodes de développement personnel dignes de coaches en entreprise et des novlangues (emploi très fréquent de termes détournés, tels la « Bienveillance » et la « Gratitude ». Auparavant, on disait simplement « Amour » et « Rendre grâce ». On ne dit pas encore « Je vous salue Marie, pleine de gratitude », que je sache). Une tendance à l’émotion très forte, avec par exemple la promotion de films et de la boîte de production américaine Saje à l’origine de beaucoup de très mauvais films américains faisant passer Dieu pour un magicien enrobé de guimauve et de sucre. Une veillée entière fut ainsi consacrée à la célébration de la Gratitude, faisant défiler sur scène un franciscain australien hystérique puis une jeune femme témoignant d’un coup de baguette magique divin intervenu dans sa chambre d’hôpital psychiatrique, le tout entrecoupé de chants bruyants à l’harmonisation douteuse, dans une ambiance d’hypnose collective.

Deuxième source de gravité : starification et snobisme intellectualisant.

Le parcours auquel j’ai participé, animé par un grand nom de l’intelligentsia catholique actuelle, s’est perdu en douces et belles considérations sur la doctrine sociale de l’Eglise et ce nouveau concept d’Ecologie intégrale actuellement à la mode sur la scène médiatique catholique. Notre intervenant a quand même réussi à nous demander d’ « oublier l’expression « foi du charbonnier. » » : selon lui, cette expression n’est pas digne d’un catholique, car un catholique doit se former et lire des livres. Allez donc dire cela aux simples d’esprit. J’interpelle d’ailleurs à ce sujet un grand nombre de séminaristes rencontrés à la session et ailleurs : j’espère que vous ne vous intéressez pas à la prêtrise par seul goût pour la philosophie, la théologie, ou quelque autre science. J’espère que vous vous intéressez à la prêtrise pour les âmes et les personnes que vous serez amenés à rencontrer et à qui vous devrez avant tout témoigner de l’amour simple et profond du Christ pour elles.

Troisième source de gravité : une peur généralisée au sein des organisateurs et intervenants que j’ai pu rencontrer.

Par volonté de ne pas faire de vague, j’ai vu l’intervenant de mon parcours refuser de parler du martyre rouge (possibilité de perdre sa vie terrestre) comme une possibilité pour tout chrétien à l’heure actuelle, comme ça l’a toujours été. Prendre le parti du Christ, c’est pourtant nécessairement s’opposer au monde et de là prendre un risque. Et de façon plus générale, un refus en bloc et généralisé parmi les organisateurs du parcours d’aborder de front les sujets d’actualité brûlants : crise sanitaire, homosexualité et transexualité, changement climatique, ultra-libéralisation, virtualisation et digitalisation du monde….

Première grâce : des amitiés nouvelles.

C’était la première fois que je me rendais seule à un événement pareil. Etre seule me permit de rencontrer un nombre incalculable de personnes et me fit vivre toute la semaine la joie indestructible de rencontrer les autres. J’ai eu particulièrement la chance de passer la semaine avec Cécile, amie de mes parents dans la Communauté de l’Emmanuel à Nantes. Cécile est bénie du Ciel, elle est en permanence dans une joie et une simplicité profonde, c’est incroyable. Elle est extraordinaire et à chaque fois que je la rejoignais pour passer la veillée ou prendre un repas ensemble, je me sentais habitée d’une joie et d’une paix toutes simples, dons très clairs de l’Esprit Saint à mon avis. Et qu’est-ce qu’on a pu rire ensemble, en louant, en chantant, en priant les textes, en faisant le ménage… Merci Cécile pour toute ta bonté et ta beauté.

J’ai aussi pu rencontrer Clémence et Marielle, Mathilde et Marie, Etienne, Brune, Emmanuelle, Reine… J’ai aussi retrouvé Perrine, une accompagnatrice que j’aime beaucoup rencontrée à A Bras Ouverts. Avec chacun, chacune, j’ai pu nourrir des échanges simples et profonds, confier ou me voir confier nos difficultés et joies respectives dans la vie et dans notre Foi.

Deuxième grâce : la joie d’être célibataire.

Me voici depuis un an célibataire malgré moi. Après quelques mois à profiter pleinement du célibat, état de vie, il faut le dire, fort enviable à beaucoup d’égards, je me trouvais inquiétée depuis quelques mois par l’impératif de rencontrer quelqu’un d’autre et de remarier. Me voici délivrée de cette fausse urgence et à nouveau dans la joie de croire que Dieu suffit, et que le temps d’une vie terrestre célibataire, si c’est dans cet état que je devais finir ma vie, n’est rien à côté de l’éternité mariée à Lui.

Troisième grâce : la promesse d’un ancrage encore inédit pour moi dans une paroisse, l’appel à rejoindre un groupe, une communauté vivante dans l’Esprit Saint.

J’ai toujours eu du mal avec les phénomènes de groupe. J’abhorrais la sortie de la messe le dimanche quand j’étais enfant et adolescente, où je voyais les catholiques faire des mondanités entre eux au lieu de se tourner vers le monde extérieur pour leur annoncer la Bonne Nouvelle. Je n’ai eu eu qu’une ou deux fois des bandes d’amis, et j’ai à chaque fois fini par couper les ponts, par agacement devant les comportements grégaires que celles-ci adoptent souvent.

Et pourtant, je me sens profondément appelée à rejoindre un groupe. Une paroisse en particulier, dans Paris, celle de l’Emmanuel, à Saint Nicolas des Champs peut-être. Je suis heureuse de cette perspective car je sais à quel point je souffre de me trouver souvent seule dans un monde déchristianisé. Nous verrons si cet appel se confirme ! Quoi qu’il arrive, j’ai toujours hâte de la rentrée et de la vie qui s’annonce, et ce malgré la direction dictatoriale que la France et les Français dans leur majorité semblent décidés à prendre ces jours-ci.

Dieu est vivant, Son Fils est Jésus, Son Don est l’Esprit Saint, Sa Mère est Marie, Son Coeur nous aime infiniment, Alléluia.

Bien à vous tous,

Amélie.

Sortie de la première partie du documentaire : « Les Folles de Dieu »

La série documentaire « Les Folles de Dieu », témoignage de personnes homos et transgenre à propos de leur vie et de l’articulation entre leur inclination et leur foi catholique, vient de voir son premier épisode publié sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=RpjCODYoFxU.

La joyeuse troupe internationale composée de Philippe, Gerson, Santiago, Guillaume, Perrine, Christian… s’était réunie à Lourdes en octobre 2019 pour tourner un documentaire inédit voire révolutionnaire : parler de leur vie en tant que personnes homosexuelles, transgenres et catholiques convaincues de la validité de l’appel au célibat et à la continence formulé par l’Eglise. Humour, beauté, profondeur, amour, réalisme et bienveillance pour les personnes orientent cette série documentaire qui a le mérite d’oser parler en vérité d’un sujet brûlant qui fâche toujours.

L’analyse et le témoignage de chacun met en avant au fil de la série quelques urgences :

1/ la condition homo / trans nous concerne tous en ce qu’elle est un puissant outil d’analyse de la condition humaine et sexuelle dans son ensemble. Il ne faut pas cantonner la question de l’identité sexuelle aux revendications d’une communauté LGBT tapageuse, comme beaucoup de catholiques, homophobes sans se l’avouer, ont tendance à le faire.

2/ La question de l’identité sexuelle (homosexualité, transexualité, bisexualité…) est un puissant levier d’attaque de l’Eglise catholique et l’une des raisons principales pour lesquelles des gens quittent l’Eglise. Il est donc indispensable de la traiter de front, de l’analyser de fond en comble, en faisant appel à des experts du sujet pour sensibiliser et former en priorité l’opinion catholique.

3/ La condition homo / trans, outil d’analyse de la relation Homme / Femme et avec elle de la relation Créateur / Créature (Dieu et l’humanité), permet de soulever et de traiter des questions d’ordre apocalyptique et eschatologique. Il est donc impératif de faire parler les personnes concernées par cette condition, de les faire témoigner au milieu de l’Eglise. Au lieu de chercher à les faire taire comme nous avons tous tendance à le faire : que ce soit les cathos, gênés par la question de la sexualité et de l’identité sexuelle ou les gay-friendly, eux-mêmes homophobes lorsqu’ils refusent qu’une personne homo/trans ne pense pas comme eux ni ne réclame les mêmes lois qu’eux.

La série a été entièrement réalisée sur la base des dons et sera mise à disposition gratuitement sur YouTube en plusieurs langues. Pour soutenir l’équipe en charge de la réalisation, vous pouvez partager et rendre visible le documentaire autour de vous et même continuer d’aider à financer le film en effectuant un don à l’adresse suivante : https://www.leetchi.com/c/reboursement-des-4-mecenes-du-tournage-homosexualite-a-lourdes?fbclid=IwAR13_3Hw1G94a2_CI6vRzyin3TPd7W8Q-a8I6EWRz7nxeR_9K_2uniD69pc.

Merci à tous et bon visionnage !

La grande privation.

Nous, pauvres gens, nous sommes vus priver de choses essentielles pour notre bonheur et pour la qualité de notre vie sur Terre.

Nous nous sommes d’abord vus priver de la source de l’Amour premier, Celui qui transcende tout, qui pardonne tout, qui répare tout, qui peut tout. Concrètement, en France et dans beaucoup de pays occidentaux, nous nous sommes vus dégoûter de l’idée d’un Dieu aimant et de la religion qui pouvait témoigner de Sa présence parmi nous. Les premiers responsables de l’oubli de cet Amour sont peut-être les représentants de cette religion eux-mêmes. Qui aurait voulu en effet croire en un Dieu aimant parmi des bonnes soeurs revêches, sévères, méchantes et moqueuses ? Des prêtres pervertis aux richesses du monde et concupiscents ? Des fidèles assistant à la messe pour faire bonne figure et rencontrer du beau monde, se fichant bien du sort du reste du monde, de l’urgence d’annoncer l’Amour à ceux qui ne le connaissent pas ? Les abandonnés, les maltraités, les pauvres, les clochards, ceux qui ont faim d’humanité et d’amour et qui n’ont parfois pas le privilège d’avoir connu l’Amour dès leur enfance ?

Avec la privation de l’Amour, du vrai Amour, est venue la privation de tout le reste.

La privation de la perspective de l’éternité dans nos vies et de la vie éternelle qui, pourtant, a le mérite de nous aider à affronter si ce n’est avec bonheur, au moins avec un peu d’espérance, les vicissitudes de la vie. La privation de notre capacité à vivre en prenant des décisions et en nous y tenant par Amour, même lorsque cela devient difficile. Notre capacité à tenir nos promesses car, au fond, nous savons les avoir prises par Amour. Notre capacité à construire nos vies en dépassant les imprévus et les nécessités de la vie, notre capacité à inventer, à créer et à tenir des projets, qu’ils soient maritaux, familiaux, professionnels ou artistiques.

Avec la privation de l’Amour est aussi venue la grande confusion entre l’Amour et la Sensation, entre la Liberté et la Passivité. On nous a ordonné de vivre selon nos besoins et nos désirs du moment, en cela, l’hédonisme ambiant est l’un des plus méchants mensonges que notre époque ait créés, il travestit la Liberté en Sensation. Nous nous sommes créé de fausses idées de l’Amour, de la Liberté et du Choix ; nous avons oublié ce que c’est que de Choisir, de Décider et de Vouloir pour de bon. Choisir de prendre et tenir des engagements par Amour. C’est notre humanité qui est encore ici en question, notre humanité en tant que chose capable de dépasser les contingences de la vie, de construire des choses éternelles lorsqu’elle fait preuve de persévérance et de courage.

Car c’est en dépassant les difficultés que nous nous épanouissons. C’est en construisant des projets qui durent, qui dépassent les événements que nous ne maîtrisons pas, que nous trouvons notre stabilité et notre bonheur. C’est une dimension éternelle en nous, enfouie en nous par Dieu au départ selon ce que je crois, qu’il nous faut entretenir pour rester dignes, heureux et joyeux. Car nous sommes des créatures divines, des créatures appelées à l’Amour et à l’Eternité, Amour et Eternité que nous connaitrons parfaitement quand nous rejoindrons notre Père au ciel.

Bravo, Victor, et merci !

Hier, sur CNews, dans l’émission « En quête d’esprit » animée par Aymeric Pourbaix, le thème de l’émission tournait autour du questionnement des mesures sanitaires par les catholiques français quant à l’interdiction de participer aux offices du dimanche. Parmi les invités, Victor, un jeune Youtuber de 19 ans, dont l’intervention m’a beaucoup touchée et qui, je crois, allait dans le sens qu’il faut que nous défendions.

Victor n’a fait preuve ni de colère, ni de haine, ni d’esprit revendicateur, revanchard ou identitaire lors de son intervention et réponses aux questions d’Aymeric Pourbaix. Soutenu par les clarifications des pères Cédric Burgun et Albert Jacqueline, il a expliqué de façon claire et aimante ce que voulait dire pour nous catholiques l’importance de l’Eucharistie, de la messe et de la communion, ce que les écrans avaient de mauvais en s’interposant dans la relation entre les personnes. Tout cela, sans pour autant faire de « La Messe » ou de « L’Eucharistie » une revendication matérialiste et cléricaliste, en rappelant et en reconnaissant tout de même que l’essentiel chez un chrétien tient d’abord en la charité et la pratique de l’Amour que Dieu nous donne autour de nous. Victor n’est tombé ni dans le piège cléricaliste identitaire ni dans le piège de la soumission aux directives gouvernementales, tout en gardant un ton aimant, exercice sûrement difficile lorsque l’on passe ainsi à la télévision à l’heure actuelle.

Quelle joie de voir prendre la parole des jeunes catholiques comme lui, dont le courage et le coeur sont à mon avis guidés par ce qu’il faut d’Esprit saint et d’amour.

Merci Victor pour ton témoignage et bravo pour ton courage.

Pour voir en replay l’émission dans laquelle Victor est intervenu : https://www.cnews.fr/emission/2020-11-15/en-quete-desprit-du-15112020-1018080

L’assemblée des saints à venir.

Dimanche dernier, j’ai eu la chance d’assister à la messe de la Toussaint à la paroisse Sainte Madeleine, tenue par la communauté de l’Emmanuel, à Nantes. Alors que l’annonce d’un nouveau confinement national était tombée quelques jours plus tôt, alors que nous pleurions avec maman le souvenir de Pierre-Marie, alors que la police faisait le guet devant l’église à la suite des différents attentats perpétrés dans des églises par des fous de l’islam, je nous vis tous, membres de l’assemblée, baignés d’une lumière nouvelle. La lumière du martyre, présent ou à venir, pour la gloire de Dieu. La lumière de l’Amour et de l’amour que nous sommes appelés à continuer de donner à tous en ce monde.

Oui, chacun des membres de cette assemblée était un reflet de l’assemblée de tous les saints, présents et à venir au ciel un jour, ici en France et dans le monde entier. Des personnes habitées par l’Amour du Christ.

Je ne sais pas comment nous devons nous positionner devant les persécutions présentes et à venir. Devrions-nous nous défendre par la voie des armes lorsque nos églises et nos prêtres sont attaqués ? Devrions-nous nous révolter contre un gouvernement qui nous enferme chez nous, ne nous donnant d’autre autorisation et d’inspiration que de commander des objets et de la nourriture en ligne en nous abreuvant de Netflix, Disney+ ou Amazon Prime ? Devrions-nous assister à la messe et nous réunir clandestinement ?

Je n’ai pas la réponse à ces questions. En revanche, je n’oublie pas que tout chrétien catholique est en attente, en attente du retour du Christ, et l’idée de ce retour nous remplit de joie. C’est cette joie qui doit d’abord et avant tout nous habiter et continuer de nous habiter pour affronter les persécutions présentes et à venir qui signent, selon moi, une possible Fin des Temps. La joie et la paix, le sentiment de la présence du Christ et de celle de la Vierge Marie et de sa douceur, doivent être nos seuls indicateurs pour décider de ce que nous devons faire ou non en la situation présente. Surtout, n’ayons pas peur ! Réjouissons-nous et continuons de témoigner de l’Amour autour de nous pour que, lorsque nous perdrons la vie terrestre au moment où Dieu le décidera, nous emmenions avec nous le plus d’âmes possibles rejoindre l’assemblée des saints.

Pour mon merveilleux frère Pierre-Marie.

Il y a quelque chose qui nous lie, quelque chose d’indestructible, que ni la mort ni les
épreuves ne peuvent défaire. Ce qui nous lie, c’est l’amour, l’amour que Pierre-Marie nous avions et que nous continuons d’avoir pour toi, c’est l’amour aussi que tu savais si bien manifester, cette chaleur, cette bonté d’âme, cette joie, cet humour. L’amour endure tout, l’amour surpasse vraiment tout, il vainc même la mort. Car oui, même si nous ne croyons pas qu’une vie existe après la mort, nous continuons de t’aimer et de nous souvenir de ton amour.
D’un pur point de vue humain et psychologique, notre amour pour toi perdure, et ton souvenir nous aide, m’aide en tout cas, à continuer d’aimer, de toujours mieux aimer. Aimer mes parents, les voir s’aimer, aimer chacun de mes frères et sœurs (et notre géniale belle-sœur Fanny !), aimer chacun de tes amis, aimer tous ceux qui m’entourent. C’est incroyable l’amour que j’ai vu se manifester cette année. L’amour qui nous a fait traverser l’épreuve de ta disparition, qui nous fait nous affermir dans nos relations. Cet amour c’est toi Pierre-Marie qui nous l’as donné et qui continues de nous le donner. Alors merci.

J’ai la chance de te sentir très souvent vivant près de moi, entre les épreuves et moi, entre les épreuves et chacun d’entre nous. C’est le cadeau de la Foi, de te sentir dans la gloire et
l’amour les plus grands, avec Jésus. Pour ça je remercie Dieu aussi chaque jour. Je t’aime
Pierre-Marie, et je t’aimerai toujours. Protège chacun de nous et chacun de nos liens, et
protège l’amour.

Comme l’écrivait le père Christian de la communauté des moines de Tibhirine : « A toi, et dans l’espérance de nous retrouver un jour, larrons en paradis, pour contempler, s’il plaît à Dieu, l’amour de notre Père, à tous deux. »

Le 6 juin, jour de rédaction de cet article, veille du premier anniversaire ta mort sur Terre, j’ai reçu avec l’évangile du jour la prière suivante que je restitue aussi ici :

Sainte Thérèse d’Avila (1515-1582) 
carmélite, docteur de l’Église 
Poésie « Vivo sin vivir en mí » (Œuvres complètes; trad. par Mère Marie du
Saint-Sacrement; les Éd. du Cerf, 1995, p. 1221)
« Elle a tout donné »

Je vis mais sans vivre en moi ;
Et mon espérance est telle
Que je meurs de ne pas mourir.
Je vis déjà hors de moi
Depuis que je meurs d’amour ;
Car je vis dans le Seigneur
Qui m’a voulue pour lui.
Quand je lui donnai mon cœur,
Il y inscrivit ces mots : 
Je meurs de ne pas mourir. (…)
Ah ! qu’elle est triste la vie, 
Où l’on ne jouit pas du Seigneur ! 
Et si l’amour lui-même est doux
La longue attente ne l’est pas ;
Ôte-moi, mon Dieu, cette charge
Plus lourde que l’acier,
Car je meurs de ne pas mourir.

Je vis dans la seule confiance
Que je dois un jour mourir, 
Parce que, par la mort, c’est la vie
Que me promet mon espérance.
Mort où l’on gagne la vie, 
Ne tarde pas, puisque je t’attends,
Car je meurs de ne pas mourir.
Vois comme l’amour est fort (Ct 8,6) ; 
Ô vie, ne me sois pas à charge ! 
Regarde ce qui seul demeure : 
Pour te gagner, te perdre ! (Lc 9,24)
Qu’elle vienne la douce mort ! 
Ma mort, qu’elle vienne bien vite,
Car je meurs de ne pas mourir.
Cette vie de là-haut,
Vie qui est la véritable,
– Jusqu’à ce que meure cette vie d’ici-bas –
Tant que l’on vit on n’en jouit pas.
Ô mort ! ne te dérobe pas.
Que je vive puisque déjà je meurs,
Car je meurs de ne pas mourir.
Ô vie, que puis-je donner
À mon Dieu qui vit en moi
Si ce n’est de te perdre, toi, 
Pour mériter de le goûter ! 
Je désire en mourant l’obtenir, 
Puisque j’ai si grand désir de mon Aimé
Que je meurs de ne pas mourir.

Contre tous les néo-matérialismes.

J’entends par matérialisme la définition suivante – qui m’est fournie par Wikipédia : « un système philosophique qui soutient que toute chose est composée de matière et que, fondamentalement, tout phénomène est le résultat d’interactions matérielles. »

Nous avons fait de réalités matérielles l’essentiel de notre existence : non seulement les choses que nous possédons (cette forme de matérialisme est dénoncée depuis déjà longtemps par des mouvements prônant l’anti-consumérisme et la décroissance) mais aussi et surtout nos relations. Le matérialisme, en définissant toute chose par son caractère matériel, a contribué à détruire les relations de l’Homme au monde, des êtres humains entre eux et aussi l’égale dignité entre l’homme et la femme. C’est notamment à partir des révolutions menées notamment sous l’influence de la pensée des matérialistes des Lumières à la fin du XVIIIe en France que nous avons placé l’homme au travail en direction d’usine et remis la femme à la maison. L’homme et la femme se définissant d’abord selon ces gens-là matériellement, par leur physiologie et leur psychologie. C’est aussi le matérialisme des XVIII et XIXe qui a conduit (avec des prémisses dans les siècles précédents), aux pires considérations liées au concept de race humaine et de supériorité prétendue d’une race sur l’autre.

Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui s’opposent au matérialisme. Il m’apparaît néanmoins important de souligner que les pourfendeurs actuels du matérialisme tiennent eux-mêmes d’une forme de matérialisme sans s’en rendre compte. Ils prônent par exemple la Nature en la déifiant (végétarianisme, véganisme…), la Qualité (Made In France, procédés de fabrication des objets et du textile…), le Biologique… En fait, ces pourfendeurs du matérialisme font preuve d’une forme de puritanisme matériel étonnant. A l’opposé de la Beauté et de la Perfection idéalisés par les matérialistes, les néo-matérialistes déifient aussi le Corps et son Authenticité. Ainsi, on peut non seulement assumer mais revendiquer d’être gros, quand bien même on mettrait en danger sa santé. Un autre exemple : la revendication d’une identité d’abord en fonction de ma couleur de peau (phénomènes « BlackLivesMatters » et autres revendications communautaristes en fonction de la couleur de peau notamment aux États-Unis) constitue une autre forme de néo-matérialisme que je pense à peu près aussi destructrice que le racisme matérialiste des siècles précédents.

Ainsi, en prétendant détruire le matérialisme, des néo-matérialistes donnent une nouvelle forme à ce système de pensée qui continue de contribuer grandement aux malheurs de notre temps. Plus grave encore, parmi les pourfendeurs historiques du matérialisme que sont les catholiques, des formes de néo-matérialisme apparaissent. Par exemple, à la faveur du confinement lié à la crise du coronavirus, on a vu à partir du mois de mai 2020 des catholiques s’élever dans toute l’Europe pour réclamer le rétablissement de « la Sainte Messe » et signalant l’empêchement de la Communion hebdomadaire comme un danger pour leur « survie ». La « Messe » et la « Communion » ne sont pourtant jamais des fins en soi (d’ailleurs, le catéchisme de l’Église catholique oblige à communier une fois par an, non chaque semaine et encore moins chaque jour). La messe et la communion sont des manifestations matérielles et rituelles bien entendu importantes, cruciales pour maintenir notre lien avec Jésus et communier avec les saints mais ne sauraient jamais devenir des fins en soi. La condition de notre survie en tant que catholique, c’est la permanence de l’Amour entre nous, de l’Amour des plus pauvres et des plus pécheurs dans le monde.

Combattons donc le matérialisme et toutes ses nouvelles formes. Comment ? Voici des premières pistes de solutions orientées, je l’avoue, par ma foi catholique. D’abord, en cultivant le goût de la sobriété et de la vraie pauvreté matérielle et morale. Aussi, Dieu, la Sainte Vierge les saints d’intercéder pour nous ; enfin, en nous mettant chaque jour au service les uns des autres et particulièrement des plus pauvres, peut-être plus particulièrement des plus pécheurs, des plus méchants. N’oublions jamais qu’une réalité invisible, non matérielle, habite probablement le monde, que et que cette réalité se vit à travers des relations aimantes et humbles, en Jésus ; Jésus qui, je le crois en tout cas pour ma part, peut nous sauver du péché et de la désespérance matérialiste.