Le désordre résultant de la grande privation.

« La réalité de la vie, ce n’est pas la sensation, c’est l’activité (…). Ceux qui vivent de sensations ne sont, matériellement et moralement, que des parasites (…). » (Simone Weil, Lettre à Simone Gibert, une de ses anciennes élèves, mars 1935).

Dans l’article qui précède, je parle de cette grande privation qui est celle de l’Amour, à savoir l’Amour divin.

De la privation de cet Amour résulte une confusion et un désordre ambiant dans l’ensemble de nos relations avec le monde.

Nos relations entre êtres humains, d’abord. L’Amour divin nous enseigne la différence entre le Dieu créateur et les Créatures qu’il a créées. Il nous enseigne aussi la différence entre l’Homme et la Femme, différence révélée par l’amour humain et le mariage, différence qui est source de vie, de stabilité, d’équilibre de dynamique de couple renouvelée et, plus prosaïquement, de perpétuation de l’espèce humaine. Annihiler l’Amour initial nous a conduits à une confusion et un désordre général dans l’état de nos relations. Nous avons établi qu’il n’existait ni Homme, ni Femme. Que nous sommes seulement des êtres angéliques sans sexe et sans incarnation révélée. Nous avons établi que l’amour était bien relatif, qu’il pouvait exister entre deux êtres quel que soit leur sexe, leur âge, leur condition. Qu’il pouvait même s’établir entre plusieurs êtres en même temps. Ainsi avons-nous commencé à confondre la Sensation et l’Amour, la Contingence, le Désir, le Va-et-Vient des sentiments et la Liberté réelle de choisir l’Amour dans la différence des sexes, des âges et des générations. En résulte un désastre dans nos vies conjugales, familiales et affectives, on ne compte plus les divorces actuels, les enfants traumatisés par la séparation de leur parents et l’on s’oriente, mondialement, vers des abominations telles que la fabrication et le trafic d’enfants pour répondre à l’impérieux Désir d’enfant pour n’importe qui, n’importe quand, n’importe où.

Paradoxalement, et c’est là que le désordre s’illustre d’ailleurs, en voulant faire du « Sentiment » et du « Désir » les principes conducteurs de toute vie humaine, en pensant que c’est le fait de « se sentir » amoureux et de vivre selon ses sentiments qui va nous faire aboutir à une société plus heureuse et apaisée, la brutalité des relations entre nous ne diminue guère, au contraire, elle aurait même peut-être tendance à s’accentuer. Violences conjugales, viols, enfants maltraités ou victimes d’incestes ou de pédophilies, enfants tués dans le ventre de leur mère, personnes abandonnées dans la rue ou à la porte de leur pays, guerres, génocides… Le monde des XX et XXIe siècle n’est pas du tout un monde moins violent que les époques qui l’ont précédé.

Nos relations avec le reste du monde et de la création, ensuite, font preuve de désordre. Parce que nous ne savons plus ce qu’est la source originelle de l’Amour, nous sommes entrés dans une relation totalement désordonnée avec le monde. D’un côté, nous le surexploitons et le massacrons : surexploitation animale, maltraitance dans les élevages industriels, épuisement des ressources, pollution des océans… De l’autre, nous adoptons pour nos familles et dans nos vies privées des animaux domestiques que nous élevons comme nos propres enfants, que nous faisons nos rois, pour qui nous dépensons des centaines voire des milliers d’euros chaque année. Ou encore, nous plongeons dans la radicalité du « véganisme », refusant de consommer toute protéine animale, en oubliant un fait pourtant simple, essentiel : dans la Nature et chez les Animaux que les vegans déifient, des animaux mangent d’autres animaux pour subvenir à leurs besoins. Dans tous les cas, c’est un désordre brutal de notre relation avec la Création, avec l’Animal et avec la Nature qui s’illustre. Parce que nous ne savons plus aimer le monde comme nous devrions l’aimer réellement, soit nous le détruisons et le surexploitons, soit au contraire nous le déifions. Dans les deux cas, ce n’est pas de l’Amour et ces désordres doivent être combattus.

Je prie pour que par l’Amour nous retrouvions de l’Ordre dans nos relations – de l’ordre, dans le bon sens du terme, c’est-à-dire de l’ordre qui conduit et qui entretient l’amour. Ne le nions pas : lorsque sa maison est en ordre, on s’y sent mieux, on y vit mieux et l’on s’y aime mieux. Je ne parle pas d’un ordre maniaque mais d’un ordre relatif, conduit par l’amour que l’on a pour son Créateur, pour soi-même et par là même pour ceux qui nous entourent.

La grande privation.

Nous, pauvres gens, nous sommes vus priver de choses essentielles pour notre bonheur et pour la qualité de notre vie sur Terre.

Nous nous sommes d’abord vus priver de la source de l’Amour premier, Celui qui transcende tout, qui pardonne tout, qui répare tout, qui peut tout. Concrètement, en France et dans beaucoup de pays occidentaux, nous nous sommes vus dégoûter de l’idée d’un Dieu aimant et de la religion qui pouvait témoigner de Sa présence parmi nous. Les premiers responsables de l’oubli de cet Amour sont peut-être les représentants de cette religion eux-mêmes. Qui aurait voulu en effet croire en un Dieu aimant parmi des bonnes soeurs revêches, sévères, méchantes et moqueuses ? Des prêtres pervertis aux richesses du monde et concupiscents ? Des fidèles assistant à la messe pour faire bonne figure et rencontrer du beau monde, se fichant bien du sort du reste du monde, de l’urgence d’annoncer l’Amour à ceux qui ne le connaissent pas ? Les abandonnés, les maltraités, les pauvres, les clochards, ceux qui ont faim d’humanité et d’amour et qui n’ont parfois pas le privilège d’avoir connu l’Amour dès leur enfance ?

Avec la privation de l’Amour, du vrai Amour, est venue la privation de tout le reste.

La privation de la perspective de l’éternité dans nos vies et de la vie éternelle qui, pourtant, a le mérite de nous aider à affronter si ce n’est avec bonheur, au moins avec un peu d’espérance, les vicissitudes de la vie. La privation de notre capacité à vivre en prenant des décisions et en nous y tenant par Amour, même lorsque cela devient difficile. Notre capacité à tenir nos promesses car, au fond, nous savons les avoir prises par Amour. Notre capacité à construire nos vies en dépassant les imprévus et les nécessités de la vie, notre capacité à inventer, à créer et à tenir des projets, qu’ils soient maritaux, familiaux, professionnels ou artistiques.

Avec la privation de l’Amour est aussi venue la grande confusion entre l’Amour et la Sensation, entre la Liberté et la Passivité. On nous a ordonné de vivre selon nos besoins et nos désirs du moment, en cela, l’hédonisme ambiant est l’un des plus méchants mensonges que notre époque ait créés, il travestit la Liberté en Sensation. Nous nous sommes créé de fausses idées de l’Amour, de la Liberté et du Choix ; nous avons oublié ce que c’est que de Choisir, de Décider et de Vouloir pour de bon. Choisir de prendre et tenir des engagements par Amour. C’est notre humanité qui est encore ici en question, notre humanité en tant que chose capable de dépasser les contingences de la vie, de construire des choses éternelles lorsqu’elle fait preuve de persévérance et de courage.

Car c’est en dépassant les difficultés que nous nous épanouissons. C’est en construisant des projets qui durent, qui dépassent les événements que nous ne maîtrisons pas, que nous trouvons notre stabilité et notre bonheur. C’est une dimension éternelle en nous, enfouie en nous par Dieu au départ selon ce que je crois, qu’il nous faut entretenir pour rester dignes, heureux et joyeux. Car nous sommes des créatures divines, des créatures appelées à l’Amour et à l’Eternité, Amour et Eternité que nous connaitrons parfaitement quand nous rejoindrons notre Père au ciel.

Lettre ouverte pour ne jamais nous taire en voyant des vies se briser.

« Nous ne serons pas jugés sur les actes de nos ennemis mais surtout sur le silence de nos amis. » (Nelson Mandela).

« Qu’as-tu fait de ton frère ? » (Dieu à Caïn dans la Genèse).

Notre pudeur, notre gêne, notre volonté de ne pas nous interposer, notre silence assourdissant, notre volonté de ne pas juger, ou que sais-je encore… Sachons que tout cela est bien le contraire de l’amour et n’est qu’indifférence destructrice. Cela est manifeste désormais : ni celui que nous voyons commettre le mal, ni celui qui le subit, ne sont réellement entourés par nous. Je suis désolée pour nous autant que pour celui qui de nos frères commet le mal ou le subit. Mon Dieu, que nous devons peu aimer pour choisir de ne rien dire, de ne rien faire, de rien soutenir, de n’exhorter à rien lorsque nous voyons des familles se défaire, des couples s’effondrer, des infidélités se produire, le mal arriver en somme.

Chaque jour, j’essaie de l’éviter et d’aimer. En tout cas, je fais tout ce que je peux pour aimer. C’est aussi parce que j’aime et veux aimer toujours l’humanité que je me permets aujourd’hui d’écrire ce qui ne va pas, ce qui ne va pas du tout. Je prie pour que nous nous rendions compte du mal que nous faisons en nous taisant, en choisissant l’écoute passive et l’inaction. C’est de notre salut à tous qu’il est question aussi ici. Je prierai toujours pour que notre cœur s’ouvre pour de bon et que la lumière se fasse en nous. La situation est très grave mais elle peut toujours se résoudre, c’est-à-dire que, jusqu’au bout, chacun de nous peut se rendre compte que ce qu’il pensait être de l’amour était tout sauf de l’amour, seulement de la passivité voire de la lâcheté et de l’indifférence.

Que nous faudra-t-il voir comme drame et comme horreur avant que nous ne nous décidions à agir, à dénoncer ce qui est mal, à encourager ce qui est juste et bon ? Des situations dramatiques chez nos proches nous font-elles rire avec un peu de gêne ? Nous font-elles dire : « C’est la vie, c’est comme ça, ne t’inquiète pas va, ça va aller. » Est-ce bien ça, l’humanité ? Est-bien ça la vraie liberté et le véritable amour ? Réfléchissons bien, tous ! Il est vrai que c’est malheureusement ainsi que va le monde aujourd’hui. On ne dit rien, on se refuse à dire ce qu’on pense, on « ne veut pas juger », on se refuse à penser en somme. Pourtant, cette attitude est bien le contraire de l’amour. Car on laisse alors le mal se faire et des vies se briser.

A ceux qui pourraient me demander de ne pas juger les actes en écrivant cela, qu’ils entendent bien que jamais je ne cesserai, bien au contraire. J’espère, toute ma vie, avoir le courage de dire à tous ceux que j’aime, en les écoutant et avec le plus de douceur, de compassion et de délicatesse possible, si j’estime que ce qu’ils font est injuste (c’est-à-dire que cela leur fait du mal ou que cela fait du mal aux autres). Cela n’est en rien de l’ingérence malveillante. Ce n’est pas limiter la liberté de l’autre que lui dire ce que l’on croit être bon et l’aider à faire face à la gravité de certains de ses actes. C’est bien au contraire l’aider à rester libre en y voyant clair quand lui-même se perd au gré des contingences de la vie. Si cela doit me coûter mes relations, mes amis ou même ma vie… J’espère avoir le courage de l’accepter. Et ne jamais cesser de prier et d’aimer.

Que Dieu me garde et nous garde toujours en revanche de jamais juger les personnes. Chacun de nous, quels que soient ses actes, quelque criminel ou complice du mal soit-il, est aimé, mérite d’être aimé inconditionnellement et peut être sauvé, s’il le souhaite, jusqu’au bout, jusqu’à la mort, sauvé par l’Amour.